La ponte

La femelle met un certain temps à se décider à pondre. Elle est en général très nerveuse. Elle peut ainsi commencer à creuser et mettre un terme à la construction de la cavité. Cette activité dure alors plusieurs jours. Nous par ailleurs  avons observé une femelle qui a creusé 6 trous sur 2 jours avant de pondre. Si en creusant, la tortue est dérangée, si elle rencontre un caillou ou un racine, elle renonce à continuer.

La femelle choisit en général un emplacement très ensoleillé, exposée plein sud. En premier lieu, la femelle commence alors à creuser à l’aide de ses pattes postérieures : ses griffes vont ainsi pousser la terre hors du trou. Chaque patte travaille alternativement de manière régulière et ininterrompue. Elle met environ 30 minutes à creuser le trou.

Lorsqu’elle a achevé le trou, la femelle dépose 3 à 7 œufs. Les œufs sont disposés à plat et parfois verticalement lorsque le trou est trop petit pour accueillir tous les œufs (en général , l’œuf qui est vertical ne se développe pas). La femelle met environ 20 à 30 minutes pour pondre la totalité des œufs.

Une fois la ponte terminée, la femelle va reboucher le trou en ramenant la terre à l’aide des pattes postérieures. Elle tasse délicatement la terre et met un moment à aplanir le lieu de ponte. Il est en général remarquablement bien dissimulé. Après environ 30 minutes de travail, la femelle s’éloigne alors du lieu de ponte en donnant l’impression que ses deux pattes postérieures sont engourdies ou ankylosées. Sa démarche est raide et saccadée. Elle part se reposer à l’ombre.

Les pontes ont en général lieu entre 11h00 et 16h00. S’il fait très chaud, la femelle commencera ses efforts vers 18h00.

Les œufs

Les œufs ont une forme ovale. La coquille est blanche et dure.  La taille est d’environ 30mm de long sur 20mm de large. Le poids est de 12 à 20g grammes. Plus la femelle est grande, plus les œufs sont gros. Une jeune femelle qui pond pour la première fois peut donner des œufs stériles de la taille d’une olive.

L’incubation et l’éclosion

En incubateur, la durée d’incubation est de 56 à 66 jours.

Dans la nature, la durée d’incubation dépend de la date de ponte et des conditions climatiques.

En fonction des emplacements de ponte et des chaleurs estivales, il est possible d’avoir des naissances naturelles (naissances in natura) au bout de 90 jours environ après la ponte. Ainsi, des naissances ont eu lieu sans intervention humaine dans la région lyonnaise, en région parisienne ou dans le Jura. Cela reste néanmoins exceptionnel au Nord de la Loire. Dans le Sud de la France, les naissances naturelles sont très fréquentes.

C’est au mois de septembre qu’a lieu la plupart des naissances. La sortie de l’œuf est lente et peut demander plusieurs jours avant de se dégager complètement et de sortir de terre.

En incubateur, la sortie dure 24 heures environ. On observe alors une bosse ou une hernie sur un côté de la coquille. C’est l signe que la tortue entame son processus pour casser l’œuf. La tortue commence par percer la coquille à l’aide de son bec qui présente une protubérance (elle disparaît quelques jours après la naissance). Elle va ensuite chercher à agrandir le trou à l’aide de ses pattes antérieures. Elle sort alors les deux pattes antérieures et continue à intervalles réguliers à sortir complètement de l’œuf. Lorsque elle peut sortir complètement de l’œuf, le sac vitellin n’est pas nécessairement totalement résorbé. Une fois le sac vitellin totalement résorbé, le plastron semble fendu : il finira par se refermer au bout de 48 heures environ. La jeune tortue peut avoir la carapace légèrement déformée, l’empêchant même parfois de marcher normalement. Cette déformation va se résorber progressivement au fil des jours.

A la sortie de l’œuf, la jeune tortue (on parle alors de tortue juvénile) est très vulnérable. Il arrive que les fourmis attaquent la tortue par le sac vitellin si celui-ci n’est pas totalement résorbé. Sa carapace encore molle ne lui permet pas d’affronter les prédateurs qu’elle peut croiser. Par instinct, la tortue juvénile est peu active et se camoufle dans l’herbe ou sous des débris végétaux.

Naissances obtenues par incubation artificielle

Il est relativement aisé d’obtenir des naissances en plaçant les œufs dans un incubateur.

Lorsque la tortue a fini de pondre, on peut soigneusement déterrer les œufs soigneusement à l’aide d’une petite cuillère et d’un pinceau pour dégager la terre et éviter ainsi de casser les œufs. Lorsque l’on a dégagé les œufs, on commence par dessiner une croix sur la partie visible de l’œuf : en effet, dans l’œuf, l’embryon n’est pas lié au blanc d’œuf par une chalaze. Il ne faut pas retourner les œufs ou les déplacer trop brusquement.

On ne nettoie jamais les œufs, car ils sont couverts d’une fine sécrétion. La femelle produit cette sécrétion au moment de la ponte, et elle sert de protection antibactérienne.

Il est possible de bricoler un incubateur, mais il est souvent plus pratique d’acheter un incubateur dans une animalerie pour un prix raisonnable.

On place les œufs dans un récipient rempli de vermiculite ou de terreau. On remplit d’eau un récipient à part pour maintenir une hygrométrie suffisante (de 75 à 85%).

La température d’incubation permet de choisir en principe le sexe des tortues d’Hermann:

  • entre 25°C et 29°C, on n’obtient en principe que des mâles
  • entre 29°C et 32°C, on obtient des mâles et des femelles
  • au-dessus de 32°C, on on n’obtient en principe que des femelles

Cependant, il est très difficile de maîtriser la température réelle de l’embryon, et rien ne garantit avec certitude le sexe des tortues.

Au bout de quelques semaines, les œufs deviennent très blancs et beaucoup plus opaques. Si l’œuf reste clair, il faut le retirer de l’incubateur.

Au bout de 55 jours, on peut assister aux première éclosions. Au bout de 90 à 100 jours, on peut considérer que les œufs non éclos ne donneront rien.

Lors de l’éclosion, on ne doit pas aider la tortue à sortir de l’œuf. On peut éventuellement asperger l’œuf d’eau tiède, pour éviter que la coquille durcisse. Si l’œuf roule et la tortue se retrouve sur le dos, on peut caler l’œuf pour que la tortue reste à l »endroit dans l’œuf pour continuer à s’extirper de la coquille. Aider la tortue peut compromettre ses chances de survie.  Si le sac vitellin n’est pas complètement résorbé, ou s’il se rompt accidentellement, la tortue juvénile ne survit généralement pas.